Sortie universitaire dans la vallée de la Dranse-Morzine-vallée du Giffre, le 19 mai 2007

Site 1

Site 2

                              Site 8

Photos suplémentaires

Comme précédemment, nous avons rendez-vous devant la faculté des Sciences de la Terre de Genève. Le but de cette excursion est une présentation de quelques éléments de géomorphologie, d'érosion, de tectonique et de sédimentologie récente et fossile. Notre sortie consiste en un tour, en partant de Thonon, à travers la vallée de la Dranse puis traverser la montagne pour passer de l'autre côté dans la vallée du Giffre qui nous mène directement sur Genève. 

Le Premier site se situe un peu après l'embouchure de la Dranse à Thonon. Nous pouvons y observer de belles cheminées aux fées dans les moraines glaciaires du Würm. Le Würm est la dernière glaciation qui a eut lieu il y a 18000 ans.

Le second site se situe un peu plus en amont du premier. Le but, cette fois, est d'observer le gypse triasique sur lequel la nappe préalpine a glissé. Le gypse est une roche évaporitique très ductile, plissable et donc parfait pour le charriage  de grandes nappes.

Sur le troisième site, nous pouvons observer une discordance angulaire entre les conglomérats basal du Würm sur les dolomies triasiques.

Passons directement au huitième site pour observer les effets du recul des glaciers alpins.  Comme on peut le voir sur la photographie, la disparition du glacier dans cette vallée aurait pu contribuer à l'affaissement du pend de roche du côté droit. Le glacier devait exercer une force latérale non négligeable qui maintenait la roche en place. Suite à l'effondrement de ce pend de roche, un lac s'est formé.

Le dernier site, celui de Samoëns, se situe en bordure de route. L'affleurement est  constitué d'une alternance d'argiles et de grès ( faciès de Flish ou de débordement) oligocènes dans les-quels nous pouvons observer des figures turbiditiques. Une turbidite est une avalanche de roches et de boues sous-marines depuis le haut du talus continental. Ces turbidites peuvent être déclenchées par des séismes, un abaissement marin ou encore à une surcharge de sédiments. Ces turbidites fossiles sont très recherchées car se sont de bons réservoirs pétroliers.

Sur la photo suivante, il est possible de voir les traces des bloques aillant raclé le fond océanique.

     

 

        Retour