Le Domérien ou Pliensbachien supérieur, épais d'une trentaine de mètres,  est tout d'abord, représenté dans le Jura par la formation des marnes à amalthées. Cette formation passe progressivement des Marnes calcaires à bélemnites aux marnes à amalthées avec la disparition totales du calcaire. Dans d'autres secteurs du Jura, cette transition débute par un niveau condensé, marno-calcaire ferrugineux, de 0,50 à 0,80 mètres d'épaisseur, renfermant les genres Amaltheus stockesi et Becheiceras, ainsi que de nombreuses bélemnites, de la sous-zone à stockesi.

     L'assombrissement vers le haut de ces marnes et la disparition des carbonates peut être expliquée par une transgression marine favorisant le dépôt de black shales et la formation de pyrite en milieu anoxyque.

     La macrofaune est dominée par des faunes boréales tels que les amalthées pyrytisées est représentée par Amaltheus margaritatus avec des formes allant de la morphe gibbosus à subnodosus. Se trouve également des formes thétysiennes comme Juraphylites sp. et Amauroceras sp.

     Les amalthées indiquent les sous-zones à Subnodosus et Gibbosus.

     Le Domérien supérieur se poursuit par la formation des Marnes à nodules. Ces marnes, épaisses d'environ 50 mètres, finement feuilletées, ne livre pas d'ammonite car le taux de sédimentation y est trop élevé (5 cm /1000 ans) et par conséquent, les ammonites y sont trop diluées. Ce fort taux de sédimentation peut être interprété comme une accélération de la subsidence du fond marin à cette époque dans le Jura méridional. Dans le reste du Jura, ces marnes sont constitué une dizaine de mètres d'alternances de bancs calcaires argilo-sableux et de marnes sableuses à Plicatula spinosa, Calcirhinchia plicatissima, Spiriferina alpina et Pleuroceras solare de la zone à solare.

     Le sommet du Domérien, discontinuité visible à travers tout le Jura, est représenté par la dalle échinodermique ferrugineuse. Cette dalle, de 3,5 mètres d'épaisseur, affiche un changement brutal de lithologie. Elles est constituée d'une alternance de bancs pluridécimétriques et d'inter-bancs marneux. Le dernier banc porte un hardground ferrugineux, bioperforé, recouvert de bélemnites roulées (Passalotheutis paxillosus), encroûtées par un enduit ferrugineux et de rares ammonites (Pleuroceras spinatum). Ce hardground est également colonisé par des bivales (Modiolus scalprum), des gastéropodes et des brachiopodes dont Homeorhynchia acuta, Tetrarhyncia tetraedra et lobothyris jauberti.

     Cette dalle appartient au sommet du Domérien, plus précisément à la zone à Spinatum.

 

   

 

Sources:

Bichet V. et M. Campy (2008).- Montagnes du Jura. Géologie et paysages.- NEO éditions

Meyer M. (1995).- Géologie du "diapir" de Champfromier et stratigraphie de Lias (Ain, France).- Section des sciences de la Terre, dép. de géol. et de pal., UNIGE.